Coordination et rythme

Manque de coordination, rythme et mauvais swing :

La trêve hivernale peut s'avérer longue suivant les années. N’oubliez pas qu’il vous faudra un certain temps avant de retrouver vos sensations et votre niveau de la saison précédente. Afin d’accélérer le processus, je vous conseille de travailler votre coordination et votre rythme.

Les enseignants parlent souvent de l'importance du «timing », cet ingrédient magique qui coordonne parfaitement la rotation fluide du corps avec le souple balancier des bras, ce qui apporte une libération facile de la tête de club au moment de l'impact. Quel que soit votre handicap, vous avez certainement éprouvé un jour la sensation exaltante d'un «timing» très pur : sans effort apparent, vous aviez parfaitement tapé la balle. Mais comme toujours, il y a le revers de la médaille. Pour une raison inconnue, votre «timing» s'est envolé (surtout après une longue trêve). Les bras et le corps fonctionnent chacun pour soi. Les éléments fondamentaux de votre swing se bagarrent, jouer au golf devient une longue lutte, démoralisante.

Les raisons du désordre peuvent être multiples, mais les problèmes apparaissent généralement si les parties supérieures des bras se détachent de la poitrine à mi-chemin de la montée et de la traversée. On le constate facilement en examinant le swing au ralenti. Le bras gauche se sépare du corps et remonte tout seul à la montée, le bras droit fait de même de l'autre côté. Alors, une bonne coordination des bras et du corps pendant l'impact relève du hasard.

La solution:

Sachez apprécier une bonne liaison.

Vous devez maintenant savoir qu'une liaison heureuse des bras et du corps est l'ultime objectif pour construire un swing coordonné et bien rythmé. A cet effet, vous devez chercher à sentir une pression entre le haut des bras et du corps, au moins jusqu'à mi-chemin de la montée et de la traversée. Le bras gauche repose en diagonale de la poitrine à la montée, le bras droit fait de même de l'autre côté du mouvement.

Connexion L'exercice suivant vous aidera à réussir cette «liaison ». Placez un capuchon de club sous chaque aisselle, et gardez-les en place en faisant des trois quarts de swing avec un fer. Tournez le corps (hanches, épaules) et balancez les bras à l'unisson, coordonnez soigneusement votre mouvement général et vous ne tarderez pas à frapper la balle avec régularité. Cet exercice ne doit pas être effectué avec plus d'un 3/4 de swing. Si le mouvement était complet, le capuchon tomberait forcément en haut du backswing. Une fois à l'aise avec ces petits swings, abandonnez les capuchons et tentez de retrouver les mêmes sensations en tapant progressivement des swings complets. Votre rythme reviendra vite, et votre golf redeviendra «facile »

Que le swing soit lent ou rapide, les différentes étapes d'un mouvement doivent être réunies en un seul mouvement continu. C'est là où l'on peut différencier le «rythme» et le «tempo ». Votre propre tempo peut être rapide ou lent mais, si votre mouvement est saccadé, vous ne pourrez profiter des bienfaits d'un bon rythme. En parlant de rythme, le plus gros problème réside dans le moment de transition entre la montée et la descente. Pourquoi? Parce qu'on attache trop d'importance à séparer le swing en une «montée» et une «descente », alors qu'on devrait les considérer comme un seul mouvement fluide. Ce problème est aggravé par le fait que de nombreux golfeurs essaient «d'assommer» la balle dès le sommet du swing et détruisent ainsi un bon passage de haut en bas. Pendant un parcours, si vous tapez pas mal de bons coups, mais que votre score est gâché par quelques horreurs, il y a de fortes chances que votre swing soit généralement bon, mais que votre rythme soit parfois défectueux.

Le rythme, l'huile du swing.

J'aime penser que le swing de golf est une réaction en chaîne: un bon mouvement en entraîne un autre. On peut évidemment séparer le swing en différentes séquences, mais ce que l'on met une seconde à réaliser doit être conçu comme un ensemble. Travailler les différents moments du swing doit être réservé au practice à des séquences sans balle devant une glace. Il faut travailler les différentes étapes du swing jusqu'à ce qu'elles deviennent naturelles, elles représentent simplement des points de passage dans un mouvement, fluide du début à la fin. Pour avoir un bon rythme, vous devez être détendu à l'adresse. Travaillez avec une pulsation, comme une mesure de musique. Au practice, pensez au swing comme un mouvement «UN-ET-DEUX ». Dites-le à haute voix: «UN», pour le backswing ... «ET», pour le changement de direction (par les appuis) ... «DEUX », pour la descente et jusqu'au finish. «Monte-et-traverse» ou «tourne-et-tourne» sont également des formules efficaces.

C'est une démarche simpliste, mais utiliser ces phrases de manière musicale est une excellente façon d'améliorer le rythme. Faites aussi des swings les yeux fermés, en tentant de bien sentir le poids du club et l'accélération, tout au long de la descente et jusqu'à un finish contrôlé. Essayez de retrouver ces sensations sur le parcours, votre régularité va s'améliorer, ainsi que vos coups.

Je vous souhaite un très bon entraînement, beaucoup de plaisir et une très bonne saison golfique remplie de birdies et de pars.

Jean –Yves Saubaber, professeur de golf

21 votes. Moyenne 3.90 sur 5.